Route du Vase d'Anduze | Etapes de fabrication du Vase d'Anduze - Route du Vase d'Anduze
15031
page-template-default,page,page-id-15031,,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive
 

Les étapes de fabrication

Caractéristiques du Vase d’Anduze

Le Vase d’Anduze se caractérise par sa forme de cloche renversée sur pied. Il est composé au minimum de deux guirlandes et de deux macarons. Le vase présente plusieurs stries horizontales situées au premier tiers, au dessus du pied. Bien que le Vase d’Anduze soit traditionnellement de couleur flammée (miel, vert et brun), toutes les couleurs sont désormais déclinées sur le Vase d’Anduze.

etape-2

Durée de fabrication d’un Vase d’Anduze

La durée de fabrication d’un Vase d’Anduze est une donnée bien difficile à évaluer au vue de ses différentes étapes de fabrication. Elle varie d’une poterie à l’autre mais il est certain, que chaque vase fait l’objet d’une attention particulière tout au long de sa création et nécessite un savoir-faire dont seuls les potiers d’Anduze sont les garants.

La fabrication du Vase d’anduze en 7 étapes essentielles

prépa-terre

La préparation de la Terre est une étape cruciale dans la fabrication du Vase d’Anduze. L’argile est malaxée longuement pour enlever les bulles d’air et rendre la terre homogène et malléable. Pour les grosses pièces, les potiers utilisent de la terre chamottée. La chamotte est constituée de grains de terre cuite de différentes tailles intégrés ensuite à l’argile. Ce mélange permet une meilleure résistance. Une fois que la terre a atteint la souplesse nécessaire, le potier prépare des « pâtons » ou boules de terre pour l’étape de la mise en forme du Vase.

Différentes techniques existent pour façonner un Vase d’Anduze, les voici expliquées ci-dessous :

Le tournage à la main

Le tournage est une technique très ancienne qui symbolise le mieux le savoir-faire des potiers d’Anduze. Cette façon de modeler la terre est l’une des plus difficiles à maîtriser. En quelques minutes à peine, à partir d’une boule d’argile soigneusement positionnée au centre du tour, le potier exécute de façon instinctive des pressions inversées sur la terre et fait naître entre ses doigts la base du Vase d’Anduze. Les petites pièces sont souvent tournées en une seule partie, mais la tradition veut que le pied du Vase d’Anduze soit tourné séparément puis rapporté. Sur les très gros vases, la cloche est tournée en 2 parties. Cette technique est aujourd’hui très peu utilisée car elle est périlleuse et très physique. Cette opération nécessite que les deux pièces aient un niveau équivalent de séchage au moment de l’assemblage.

tournage

Le calibrage

Utilisé généralement pour les pièces de grande dimension, le calibrage consiste à mettre une masse de terre dans un moule de la dimension du vase souhaité. A l’aide d’une calibreuse, la terre est appliquée de façon homogène autour du moule. Le pied est réalisé à part puis rapporté et assemblé de façon manuelle.

calibrage

L’estampage

L’estampage est une technique qui reprend le principe du calibrage mais c’est la main de l’homme qui applique la terre aux parois du moule. Le Vase est également fait en deux parties. Le pied est réalisé à part puis rapporté et assemblé à la main.

estampage

Le tournage à la corde

Bien que très rarement utilisée, le tournage à la corde est une technique très ancienne qui permet de tourner, encore aujourd’hui, de très grandes pièces à partir d’un gabarit en bois. La corde est enroulée sur cette armature soigneusement réglé pour définir la forme du Vase. L’argile est ensuite appliquée en couche plus ou moins épaisse, à la main, tout autour de la corde. Une fois le tournage terminé, le gabarit en bois peut être retiré, c’est alors la corde qui maintient la terre. Il faut attendre plusieurs jours et atteindre un niveau de séchage suffisant pour retirer la corde.

corde
décoration

La décoration est l’étape qui consiste à rajouter à la main, les guirlandes, les macarons et les filets qui les relient. Les guirlandes et macarons sont réalisés à partir de moules en plâtres. Démoulés avec délicatesse, ils sont ensuite collés à la barbotine sur le Vase d’Anduze. (La barbotine est composée simplement d’argile utilisée pour la confection des vases, que le potier dilue dans de l’eau). Chaque fabricant pose ses propres guirlandes et écussons à l’effigie de sa poterie. C’est au moment de la décoration que le potier grave la date et appose sa signature.

Pour en savoir plus consultez la page Reconnaître un Vase d’Anduze

engobage

L’engobe est un liquide constitué d’argile blanche qui sert à neutraliser la couleur rouge de l’argile. Cette fine couche de terre (plus ou moins épaisse selon l’effet souhaité) sert à faire ressortir les couleurs du Vase d’Anduze après cuisson.

sechage

Avant d’être cuit, le Vase d’Anduze doit sécher plusieurs semaines naturellement ou dans un séchoir. Le temps de séchage est variable selon la saison et la météo. Chaque vase est daté et permet au potier d’avoir un repère, mais c’est avant tout la connaissance de la terre qui lui permet de savoir si le vase est prêt pour la cuisson. Un vase qui a mal séché risque d’éclater dans le four, c’est pourquoi cette opération qui paraît simple, relève en fait, d’un long apprentissage.

émaillage

L’émaillage est réalisé juste avant la cuisson. C’est le moment ou le potier définit la couleur qu’il veut donner au Vase d’Anduze. Chaque fabrique garde précieusement le secret de leur recette mais la tradition veut que l’émaillage soit fait à la main. Le vernissage n’est pas une science exacte, il arrive parfois que les teintes varient un peu d’un vase à l’autre. Un œil averti peut reconnaître la provenance d’un Vase d’Anduze à la qualité de ses vernis et à sa couleur, c’est un peu comme une signature.

four

Le temps de cuisson varie selon le four. A l’époque le Vase d’Anduze était cuit au four à bois, aujourd’hui ce sont généralement des fours à gaz qui sont utilisés. En moyenne, il faut compter 48h pour cuire un Vase d’Anduze. La montée en température est progressive pour atteindre un maximum avoisinant les 1000°. Le four redescend ensuite lentement. Arrive enfin le moment de vérité : l’ouverture du four. C’est un moment très particulier. Les potiers, même les plus expérimentés, confient souvent que l’inquiétude se mêle à l’émotion de voir le résultat de leur création à l’ouverture du four.